Liste des hélicoptères de l’armée française

Les hélicoptères sont des maillons importants de nos armées. Ils sont plus rapide que le transport au sol, et peuvent être mis en œuvre rapidement dans des missions non-réalisables par d’autres moyen. Aujourd’hui, pas moins de 500 hélicoptères sont utilisés dans toutes les composantes des armées françaises.

L’Armée de terre

L’Armée de terre possède au sein de l’ALAT (l’Aviation Légère de l’Armée de Terre), la majorité de la flotte militaire française. Les missions vont du simple transport de troupes jusqu’à la lutte antichar, en passant par la reconnaissance et le ravitaillement.

La Gazelle

La Gazelle a été construite par le Français Sud-Aviation (ancêtre de l’Aerospatiale, elle-même ancêtre du groupe Airbus) entre 1967 et 1996.

Malgré son ancienneté, la Gazelle est l’hélicoptère le plus utilisé par l’ALAT, notamment grâce à sa polyvalence. En effet, la Gazelle est capable de faire de la reconnaissance, mais aussi du combat air-air et air-sol.

Une Gazelle de l'Armée de terre
Une Gazelle de l’Armée de terre. Photo : Voytek S
Les Puma, Cougar et Caracal

Le Puma est un hélicoptère de transport dit « moyen ». Il permet de transporter une vingtaine de personnes ou près de 5 tonnes de matériel, à une vitesse de 280 km/h. Lui aussi a été construit par Sud-Aviation, Aerospatiale jusqu’en 1986.

Le Cougar (appelé Super Puma dans l’armée jusqu’en 1990, et toujours aujourd’hui pour la version civile), n’est qu’une version modernisée du Puma. Ses différences sont une nouvelle avionique, moteurs plus puissants (on passe de 1330 chevaux à 2400 ch), et une masse maximale accrue passant de 7 à 9 tonnes.

Le Caracal est à son tour une version plus évoluée du son petit frère le Cougar. Là aussi on y retrouve une avionique nouvelle, une motorisation plus puissante, et une masse maximale portée à 11,2 tonnes. Un Caracal peut transporter jusqu’à 29 passagers, et est le seul hélicoptère européen à disposer de la capacité d’être ravitaillé en vol.

 

Puma de l'Armée de terre
Un Puma de l’Armée de terre. Photo : H. Zell
Caracal de l'armée de terre
Un Caracal de l’armée de Terre
Le NH90 Caïman

Le Caïman, construit par la coentreprise NHIndustries (Airbus Helicopter, Leonardo et Fokker Technologies) est présent dans la flotte de l’ALAT dans sa version de transport tactique (Tactical Transport Helicopter) depuis 2014.

L’armée de Terre en possède 36. Il peut transporter de 14 à 20 personnes. Ses missions sont donc le transport tactique de personnel, de mùatériel, la recherche et le sauvetage, les évacuations sanitaires…

NH90 Caïman

Le Tigre

Il est construit par Airbus Helicopter, et est en service depuis 2005.

Le Tigre est à l’ALAT ce que le Rafale est à l’Armée de l’air et à la Marine : un appareil d’attaque. Avec son canon de 30 mm et sa capacité d’emport de missiles de destruction, rien ne lui échappe. Il est reconnu pour ses qualités de vol et sa technologie embarquée.

Hélicoptère Tigre
Un Tigre de l’ALAT                                                                                Photo : Instagram de l’Armée de terre
EC120 colibri

L’Eurocopter EC120 colibri est un hélicoptère léger mon turbine, mis en service en 1998.

Ces appareils ne sont pas utilisé de façon opérationnelle. Ils sont uniquement destinés aux entraînement des pilotes de l’EALAT, l’école de l’aviation légère de l’armée de Terre basée à Dax.

Attention toutefois, ces hélicos ne font pas partie intégrante de l’armée de Terre. Ils appartiennent en réalité à la société civile Helidax, avec qui le ministère des armées a signé un contrat de partenariat de 22 ans portant sur la location de 36 Colibri.

Colibri Helidax
EC120 Colibri de la société Helidax. Photo : Helidax

La Marine nationale

La Marine nationale opère la flotte d’hélicoptères la plus diverse des armées en France.

Le Lynx

Le Lynx, construit par le Britannique Westland est un hélicoptère de lutte anti-sous-marine et de transport.

Avant le lancement d’une des deux torpilles, l’équipage effectue un sondage à l’aide d’un sonar fixé à un treuil, capable de repérer un sous-marin à plusieurs kilomètres de rayons.

Utilisé depuis les années 1980, le Lynx a tiré sa révérence au sein de la Marine tout récemment. Il a été officiellement retiré du service le 4 septembre 2020. Son remplaçant est tout désigné : le NH90.

Lynx de la Marine
Un ancien Lynx de la Marine à l’atterrissage
Le NH90 Caïman

Nous l’avons vu, le Caïman est utilisé dans l’armée de Terre. La version utilisée par la Marine se nomme le NH90 NFH (pour « Nato Frigate Helicopter »). C’est est un hélicoptère destiné au transport et à la lutte anti-sous-marine.

Sa capacité de transport permet à la Marine de l’utiliser aussi pour des missions de soutien (logistique, sauvetage en mer, etc).

NH90 de la Marine qui se pose
Un NH90 de la Marine nationale. Photo : A. Lambert

Le Panther / Dauphin

Le Dauphin (ou Panther, on l’appelle par les deux noms) est un hélicoptère de transport léger construit par Aerospatiale à partir de 1972. Il est utilisé pour des missions de liaison et de sauvetage en mer.

Hélicoptère Panther
Un Panther de la Marine. Photo : J. Gunner

L’Alouette III

L’Alouette III est l’hélicoptère le plus ancien de la Marine, puisqu’elle y est en service depuis 1962 ! Construit par Aérospatiale, il s’agit d’un hélicoptère léger polyvalent.

Alouette III de la Marine
Une Alouette III de la Marine

L’Alouette a connu, il y a plusieurs décennies, un succès phénoménal !  Elle était utilisée dans toutes les armées, la sécurité civile, et même la gendarmerie. Aujourd’hui, l’Alouette ne se fait plus que toute petite face aux hélicoptères nouvelle génération venus la détrôner. Son retrait définitif ne tient plus qu’à un fil.

Le Super Puma

La Marine utilise le Super Puma pour des missions de transport. Il est totalement identique au Caracal de l’ALAT. Nous l’avons déjà vu plus haut.

Super Puma de la Marine sur un pont
© Marine Nationale

L’Armée de l’air

L’Armée de l’air possède bien évidemment aussi des hélicoptères, mais pour des missions bien moins diverses que l’ALAT.

Le Puma, le Super Puma et le Caracal

Inutile de les présenter, ils ont déjà été abordés.

Le Fennec

Le Fennec est un hélicoptère de transport léger construit par Aerospatiale et aujourd’hui par Airbus Helicopters. C’est la version militaire de l’écureuil.

L’armée de l’air les utilise pour des missions de liaisons, mais aussi de police du ciel en interceptant des appareils lents (ULM, hélicoptères ou avion de tourisme), lorsque l’utilisation d’un avion de chasse est compliquée voire totalement impossible.

Les Fennec sont notamment utilisés pour la protection aérienne de Paris.

Fennec de l'armée de l'air
Un fennec de l’armée de l’air

La Gendarmerie Nationale

Les hélicoptères de la Gendarmerie peuvent parfois être observés en été au-dessus des autoroutes pour contrôler les comportements à risques sur la route.

Toutefois, la gendarmerie les utilise principalement pour des missions de recherche, de sauvetage, de surveillance ou de police.

EC145

La Gendarmerie utilise à ce jour des EC145 (utilisés aussi par la Sécurité Civile), des Écureuil, et des EC135.

EC-145 de la Gendarmerie Nationale
Un EC145 de la Gendarmerie, équipé d’un phare, utilisé pour la recherche et la surveillance                   Photo : A.Bidini
AS-350 Ecureuil de la gendarmerie nationale
AS-350 Ecureuil de la gendarmerie nationale
Hélicoptère EC135 de la gendarmerie
Un EC135 de la Gendarmerie Nationale. Photo : Julie Reynes
Le H160

Un nouvel hélicoptère, le H160 doit intégrer d’ici 2023 la flotte de la gendarmerie pour remplacer les Ecureuil vieillissants.

Toutefois, l’appareil a beau fasciner le public par sa modernité et sa beauté, la réalité semble bien différente : trop gros, beaucoup trop cher à l’heure de vol, et inutile pour leurs types de missions.

Cette commande auprès d’Airbus Helicopters, décidé par le ministère des armées, se compose de 10 appareils dont le montant est évaluée à 200 millions d’euros.

H160 gendarmerie nationale
Illustration du futur H160 de la Gendarmerie Nationale

Pour plus d’informations sur les hélicoptères de la gendarmerie, vous pouvez retrouver un article dédié et plus complet ICI.


Nous l’avons vu, l’utilisation des hélicoptères est à la fois diverse et importante pour toutes nos armées.

De plus, les armées « partagent » parfois leurs appareils : il n’est pas rare de voir un hélicoptère de l’Armée de l’air ou de l’Armée de terre sur un bateau de la Marine. De même, la Gendarmerie est aidée par les autres armées, notamment pour le transport du GIGN.