Voyager presque debout en avion, bientôt une réalité ?

À quel point les compagnies seront-elles prêtes à  faire des économies ?

L’entreprise italienne Aviointeriors exposait, à l’occasion de la 53 ème édition du Salon du Bourget, un prototype de siège avec une assise « presque debout ». Si le fabricant s’était fait connaître du grand public avec un autre prototype similaire l’an dernier, il revient cette année avec un nouveau design. Ces sièges Skyrider se retrouveront-ils sur les prochains avions low cost ?

Voyager presque debout en avion, bientôt une réalité ? 1

Pour mieux comprendre, il convient de distinguer les 4 types de classes possibles dans un avion, du moins confortable au plus confortable :

  • Économie : C’est la classe de base. La moins chère, mais aussi la plus prisée.
  • Premium économie : C’est la classe tout juste au-dessus de l’économie, offrant un peu plus de confort et de place.
  • Affaires : Cette classe, aussi appelée Business, offre un grand confort avec de grands fauteuils, beaucoup d’espace pour les jambes mais aussi une plus grande attention de la part du personnel cabine. Très rare sur court et moyen courrier.
  • Première : Présent sur long-courrier, c’est le summum du luxe. Les sièges se situent dans des mini suites privées et offrent le confort le plus total. Ces sièges sont transformables en lit et le personnel est à vos petits soins tel un roi.

La certification

Les avions sont certifiés pour un nombre maximal de passagers. Cette certification est obtenue en imaginant que l’avion soit équipé en 1 seule classe, la casse économie.  Ce nouveau concept de sièges ayant un pitch (espace entre deux dossiers) inférieur à des sièges économiques standards, il serait alors impossible d’équiper un avion entier avec ces sièges sans dépasser la limite pour laquelle l’avion a été certifié.

Quel est alors l’objectif de ces sièges Skyrider au pitch plus faible ? Garder autant de sièges, mais gagner de la place pour y caser des sièges premium économie et affaires. En effet, ce sont les classes de sièges les plus rentables pour une compagnie. Un siège premium économie se vend en général 10 à 15% plus cher qu’un siège économie, quand un siège affaires se vend 2,2 fois plus cher !

Pour mieux comprendre, la brochure propose des exemples de plans de cabines pour Airbus A321, A320 et Boeing 737-900.

Voyager presque debout en avion, bientôt une réalité ? 2

Dans ces différentes configurations présentées, les avions emportent le maximum de passagers, mais incluent également de nombreux sièges Premium économie et Affaires, ce qui rend l’avion plus rentable à l’exploitation.

Quelques inconvénients

Les ceintures imposent de rester attaché durant tout le vol. En effet, il est impossible de tenir naturellement sur le siège sans ceinture. Elles se présentent normalement sous la forme d’un harnais passant par-dessus les épaules. Pour le confort de ces « harnais », c’est malheureusement impossible à dire car le prototype présenté ce jour-là n’en était pas encore équipé. Toutefois, ces sièges sont destinés au marché du court-courrier, ce qui limitel’inconfort.

Ensuite, vient d’adaptabilité aux différentes morphologies. Ils ne sont clairement pas adaptés aux enfants et risquent d’être très inconfortables pour les personnes à forte corpulence. Il paraît évident qu’une compagnie offrant cette option la facturerait moins cher. Les personnes n’étant pas physiquement aptes à voyager sur ces sièges devraient alors payer un peu plus cher pour voyager sur un siège économique standard. Cela pourrait ouvrir la voie aux questions de discrimination.

Voyager presque debout en avion, bientôt une réalité ? 3

Quid du confort ?  Outre le fait de n’avoir pu tester la ceinture, le siège est relativement confortable. L’assise est assez bien conçue et contrairement à ce que l’on pourrait penser avec un siège aussi vertical, on ne tient pas sur nos jambes mais bien sur nos fesses.

Cela fait maintenant quelques années que l’on entend parler de ces sièges futuristes verticaux. Pourtant, aucune compagnie ne semble encore ouverte à ce sujet. J’ai personnellement du mal à croire à croire que des compagnies franchissent ce pas, en dépit du confort des voyageurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.