L’histoire du Concorde

Le Concorde fut le seul avion supersonique à avoir pu transporter des passagers jusqu’à ce jour. Il mesure 62m de long, possède 110 places et vole à environ 2 100 km/h en vitesse de croisière (soit 100km toutes les 3 minutes). Il consomme 450L par minute au décollage et 18T par heure en vol. Aujourd’hui les avions civils volent à environ 900 km/h.

 

On l’appelle supersonique car il vole à plus d’une fois la vitesse du son, ici à environ deux fois plus en vitesse de croisière. Il possède des ailes delta qui permettent le passage du mur du son contrairement aux ailes en flèches des avions civils actuels. L’équipage est composé de 2 pilotes, d’un mécanicien naviguant et de 6 PNC.


Le nez du Concorde, assez long, est fonctionnel. Il se courbe au décollage et à l’atterrissage pour permettre une meilleure visibilité de la piste. Le nez est abaissé de 5 degrés lors du roulage et du décollage. A partir de 481 km/h, le nez du Concorde est totalement relevé pour permettre une meilleure pénétration dans l’air. Enfin , à l’atterrissage, il est abaissé de 12,5 degrés. Il est baptisé « Concorde » selon le souhait du Général De Gaulle et fut fabriqué en 20 exemplaires.


Cet avion a été créé lors de la Guerre Froide, pour contrer la domination américaine qui réfléchissait à la création du Boeing 2707 mais qui est resté à l’état de maquette.

À la fin des années 1950, des entreprises aéronautiques britannique, française, américaine et soviétique veulent construire le premier avion civil supersonique. Les français réfléchissent au développement de la Super-Caravelle tandis que les britanniques réfléchissent à la création du Bristol 223. Le 29 novembre 1962, les français et britanniques décident donc de s’allier dans ce but mais également pour partager le coût de fabrication très élevé. Ils construisent alors séparément leur Concorde avec le même modèle mais l’un est britannique, l’autre français.


 

Pour information, les russes ont créé par la suite le Tu-144 pour concurrencer le Concorde.

 

 


Le 11 décembre 1967, après plusieurs découpages et assemblages, le prototype français 001 F-WTSS sort des hangars. Il effectuera son premier vol le 2 mars 1969 à Toulouse pendant 42 minutes. Le 9 avril suivant, le prototype britannique 002 G-BSST sort de son hangar et effectue son premier vol de Filton à Fairford. Entre octobre 1969 et novembre 1970, les deux avions volent à deux fois la vitesse du son, ils atteignent tous les deux MACH 2. Son entrée en service commercial se fit en 1976.


De 1979 à 1980, Singapore Airlines partageait un concorde avec la compagnie British Airways. L’appareil était peint aux couleurs de British Airways sur le flanc gauche et de Singapore Airlines sur le flanc droit.


Au même moment, la Braniff, compagnie américaine loua deux Concorde, l’un aux britanniques, l’autre aux Français et effectua des vols commerciaux réguliers. L’un d’eux vola brièvement orné de la célèbre marque Pepsi Cola. Pour anecdote, ce Concorde ne pouvait voler que quelques minutes à plus d’une fois la vitesse du son car la peinture bleue se dilatait à cause de la chaleur. Pour information, un Concorde peint de la couleur classique se dilate de plus de dix centimètres quand il passe en vol supersonique.


Mais, le 25 juillet 2000, le Concorde immatriculé F-BTSC de la compagnie Air France, se crash à Gonesse et fait 113 morts. Après cet accident, l’exploitation du concorde va s’arrêter pendant un an. En mai 2003, suite à la hausse du prix du kérosène et à la trentaine d’années d’activités, l’exploitation du Concorde se termine.

 


En conclusion, le Concorde reste un avion mythique de par son design et son titre de seul avion supersonique à pouvoir transporter des passagers à ce jour. Mais bien qu’étant une réussite technique rassemblant toute la haute technologie de l’époque, il ne fut jamais un succès commercial à cause de sa gourmandise en carburant, du coût de l’entretien et de son bruit.


Localisation des différents Concorde

Prototypes

F-WTSS (001) [812h de vol] fut le premier Concorde à voler le 2 mars 1969, il est au Musée de l’air et de l’espace au Bourget (FRANCE)

G-BSST (002) [836h de vol] exposé au Fleet Air Arm Museum à Yeovilton (ANGLETERRE)


Pré-production

G-AXDN (101) [631h de vol] fut installé dans le Imperial War Museum de Duxford (ANGLETERRE)

F-WTSA (102) [656h de vol] est au Musée Delta à Athis-Mons (FRANCE)


Production non commerciale

F-WTSB (201) [909h de vol] décore la société Aérospatiale à Toulouse (FRANCE)

G-BBDG (202) [1 282h de vol] est au musée de Brooklands situé à Weybridge (ANGLETERRE)


Production commerciale

F-BTSC (203) [11 989h de vol] s’est écrasé à Gonesse, sa carcasse reste sous scellés dans un hangar du Bourget (FRANCE)

G-BOAC (204) [22 260h de vol] entreposé à l’aéroport de Manchester (ANGLETERRE)

F-BVFA (205) [17 824h de vol] est maintenant au « National Air and Space Museum » du Smithsonian Institute à Washington DC (USA)

G-BOAA (206) [22 768h de vol] entreposé au « Museum of Flight », East Fortune (ECOSSE)

F-BVFB (207) [14 771h de vol] exposé au Technik Museum Speyer, Sinsheim (ALLEMAGNE)

G-BOAB (208) [22 296h de vol] entreposé dans un hangar de l’aéroport d’Heathrow à Londres (ANGLETERRE)

F-BVFC (209) [14 332h de vol] stocké chez Airbus (entrée ouest de l’usine) à Toulouse (FRANCE)

G-BOAD (210) [23 397h de vol] entreposé au « Intrepid Sea-Air Space Museum », New York (USA)

F-BVFD (211) [5 814h de vol] ferraillé en 1994, la section centrale existe encore à Dugny près du Bourget, mais il est à l’abandon (FRANCE)

G-BOAE (212) [23 376h de vol] entreposé à l’aéroport international de Grantley-Adams (BARBADE)

F-BTSD (213) [12 974h de vol] exposé au Musée de l’Air et de l’Espace du Bourget (FRANCE)

G-BOAG (214) [18 257h de vol] exposé au « Museum of Flight », Seattle (USA)

F-BVFF (215) [12 421h de vol] exposé sur le site de l’aéroport de Paris Charles de Gaulle, c’est le dernier Concorde qu’Air France possède (FRANCE)

G-BOAF (216) [18 257h de vol] entreposé à Filton, Bristol (ANGLETERRE)


Merci de nous avoir lus, on espère que cet article vous a plu !

Vous vous êtes déjà demandés pourquoi les avions se crashaient ? Alors cliquez ici pour découvrir un article à ce sujet !

Bonne lecture !

PS : Si vous avez un commentaire à propos de cet article c’est juste en dessous 😉


One Comment on “L’histoire du Concorde”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.